Auteur Sujet: CECAZ-Chèque de banque perdu !!  (Lu 1384 fois)

CECAZ-Chèque de banque perdu !!
« le: 08 septembre 2017, 18:20 »
Bonjour,
Je voudrais pousser un coup de gueule et dénoncer une faute majeure de la part de la caisse d’épargne Côte d’Azur. Ils ont perdu un chèque de 239 000 euros et considèrent qu’il n’y a eu aucun manquement et que ce « désagrément », né de leur négligence, ne peut entrainer le versement de dommage et intérêts. Le Médiateur, Monsieur C. BL. a rendu sa décision et nous a débouté de notre demande. Son arbitrage, malgré ma relance, reste irrévocable.
Je voulais donc vous informer et informer les médias et suis désireux d’avoir vos avis.
Voici la chronologie des faits, je dispose bien entendu de toutes les preuves écrites, mails et courriers, concernant cette affaire.
J’ai contracté un crédit immobilier à ma nouvelle caisse d’épargne à Istres (changement de région suite à un déménagement) de façon à rembourser la totalité de mon prêt, l’agence de Toulon m’ayant fait une offre de rachat inintéressante.
Mon crédit accepté, un chèque de banque de 239 451,48 € a été émis de la caisse d’épargne de CEPAC agence de Istres vers la caisse d’épargne CECAZ, agence de Toulon, le 02 mai 2017. A savoir, ce montant correspondait au capital restant dû calculé au 05 février 2017 additionné des indemnités de remboursements anticipé correspondantes d’un montant de 3971,46 €.
Ce chèque de Banque de la Caisse D’épargne CEPAC relatif à cette opération a été perdu par l’agence de Toulon.
Personne ne s’est inquiété, sinon moi bien sûr dans le sens ou mes mensualités étaient toujours prélevé. J’ai donc relancé mon gestionnaire de compte par téléphone et par écrit le 07 juin soit 36 jours après l’émission du chèque et là, surprise !!! Personne ne sait !!!
Imaginez notre angoisse, notre inquiétude... Nous avons décidé de reporter notre semaine de congés de façon à gérer et suivre cet imprévu où je dirais cette entorse à la logique ou une Banque perd un chèque de Banque…
Enfin, il a fallu jongler de standard en standard, de plateforme en plateforme, rédiger des mails, faire rééditer un chèque de banque pour que la situation se stabilise le 16 juin.
La situation financière a bien été rétablie mais le préjudice moral est bien là. Nous n’avons jamais eût de lettre ou de mots d’excuses et le médiateur nous a débouté définitivement alors que je ne demandais qu’un geste commercial correspondant au montant des IRA que nous avons versés soit un peu moins de 4000 euros, et ce pour couvrir le préjudice moral et psychologique.
Je trouve la situation injuste et regrettable, d’autant que notre gestionnaire nous avait adressé un mail le 16 mai nous indiquant un remboursement rétroactif au 05/02/2017.
Singulièrement, nous restons les seuls affectés et avons perdu toute confiance en cette banque. Peut-être pouvez-vous nous dire ce que vous pensez de cette situation et si nous devons faire appel à la justice pour qu’enfin, la CECAZ reconnaissent ses torts et répare ce préjudice qui nous pèse.
Merci d’avance pour vos réponses.
Bien cordialement
Jean-Mi