Auteur Sujet: ex salarié du groupe Allianz voici mon parcours chez eux  (Lu 450 fois)

Tout commence à la Cigale brasserie à Nantes place Graslin je suis alors agent indépendant et consultant en fiscalité du particulier, Au fur et à mesure des déjeuners au sein de cette cantine, des visages apparaissent comme familiers, et un jour un homme avec qui j’avais pris l’habitude de bavarder et travaillant comme inspecteur des ventes chez la compagnie Allianz m’entreprend sur mon activité et mes qualités commerciales. Mon métier consiste alors à connaître et maîtriser les lois ayant trait à la fiscalité du particulier et ainsi en maîtriser l’application…En somme, je contribuais à ce que les particuliers français payent moins d’impôts. Les déjeuners s’enchaînant, au bout de quelques semaines il me convainc de le rejoindre au sein de l’école d’inspecteur des ventes, cette fonction consistant à gérer une équipe de 4 à 12 commerciaux. Je rencontre alors le chef des ventes avec qui je conviens de rejoindre la prochaine session de formation d’inspecteur des ventes.
Je souhaitais depuis longtemps suivre une formation théorique, proposée par un grand groupe sur le management, quitte à diviser mes revenus par trois. C’était un rêve pour moi car j’étais sûr que ce type de formation me serait profitable dans le futur.
Je quittais ainsi mon métier indépendant pour rejoindre un grand groupe.
À mon arrivée, j’ai déchanté, j’étais inscrit sur une session de formation de commerciaux.
Très vite ! J’appris qu’Allianz avait, sans me consulter, créé pour moi un programme d’intégration spécifique au sein de la compagnie.

J’ai tout de suite regretté d’avoir fait confiance au chef des ventes car j’étais engagé pour une période de six mois, sous peine de remboursement de cette formation commerciale qui ne me servait à rien.
Le chef des ventes m’a alors rassuré en me promettant que durant les quatre premiers mois, un transfert de formation pourrait s’opérer.
Ce que je ne savais pas, c’est que c’était le premier mensonge d’une très très longue série.
Ainsi le premier rapport avec la société de finances au sein de laquelle je projetais de faire carrière s’établissait sur un mensonge et un abus de confiance.
Je participais donc bon gré mal gré à une formation commerciale dont je n’avais absolument pas besoin, et pour y trouver un intérêt j’entrepris donc d’établir des comparaisons avec les précédentes formations dont j’avais pu bénéficier notamment chez  Maximo, Spir communication, Akerys...
En effet, j’ai tout au long de ma carrière commerciale, validé plusieurs formations de grands groupes, et me suis vite rendu compte, qu’Allianz n’avait rien à voir avec les autres groupes ou franchises et que leur méthodes de formation étaient tout autre.
Ce qu’il faut savoir d’abord c’est qu’en entrant chez Allianz en formation, vous appartenez à ce groupe 24 heures sur 24. Des sessions sont organisées en hôtel durant plusieurs jours. Même si votre foyer se trouve en face de l’hôtel, vous n’avez pas le droit de vous y rendre, ceci tout au long de la session.
 Vous êtes donc en formation la journée à l’hôtel et êtes prié de regagner votre chambre le soir après le repas pour réviser et accomplir vos devoirs et exercices. Vous êtes également convié à prendre votre petit-déjeuner en groupe avec vos collègues de formation et le formateur. Pour le déjeuner c’est pareil, et également pour le dîner. Le rôle premier du formateur sera donc de vous enfermer dans une bulle, tout le temps de votre formation. Il vous fera parler, penser, manger, chier, Allianz.
La réglementation horaire n’existe plus et le droit du travail n’a aucun cours, lors de ces sessions. Durant quelques jours ou plusieurs semaines vous ne pouvez assumer aucune responsabilité que celle que le groupe vous impose.
Le relâchement total de certain contraint à cet isolement s’évacue par la persécution d’autres, à travers des moqueries autour du poids, de la race, de la religion ou encore de la sexualité. L’alcool et le vin servis à volonté durant les déjeuners et le dîner donnaient court aux blagues les plus racistes. J’en ai moi-même été témoin et victime. D’ailleurs j’étais le seul français d’origine étrangère, et je n’ai jamais rencontré d’autre français d’origine étrangère au sein de chez Allianz. Une politique de ressources humaine sans doute raciste.
Plusieurs fois j’ai pensé rembourser cette formation et quitter définitivement ce groupe. Je vivais un cauchemar chaque jour renouvelé. J’en ai souvent fais part à ma compagne qui me voyait perdre ma joie de vivre naturelle.
Ces sessions de formation de plusieurs jours à l’hôtel, enfermé avec des personnes non proches, que l’on n’a pas choisi, mais avec qui nous sommes obligés de soudainement tout partager ne sont pas loin de la torture mentale, et sont difficilement vivables pour tout être humain. Vous êtes comme enfermés, séquestrés, avec pour seul choix de prendre votre mal en patience. Durant cette période, le formateur vous demandera de dresser une liste de contacts de vos proches avec leurs revenus et placements, si toutefois vous en avez connaissance, ou alors il vous faudra leur demander…Puis de les enregistrer dans l’intranet d’Allianz. Pour en faire des prospects du groupe.
 Par ailleurs, on vous invite vivement, pour ne pas dire oblige, à prendre des rendez-vous avec des membres de votre famille afin de les démarcher accompagné de votre inspecteur des ventes. Les formateurs parlent individuellement à chacun des commerciaux en formation. Et n’hésitent pas à menacer les nouvelles recrues de ne pas faire long feu au sein de la société, d’ils n’obtenaient pas de rendez-vous concluant auprès de leurs proches. Et c’est l’argument principal, qu’il nous suggère d’utiliser pour les convaincre à souscrire à un placement. Ces méthodes de vente faisant appel à la pitié, faisaient vraiment pitié. Les autres groupes pour lesquels j’ai travaillé préféraient de loin investir dans des fiches contacts. Mais pas Allianz. Ils ont pour velléité que vous leur apparteniez.
Cette formation au sein du groupe coute chère et toutes les méthodes sont bonnes pour vous le faire comprendre et  rentabiliser la formation au plus vite.
J’ai également vite compris que le casting se composait essentiellement que de français de souche et que je reterais chez eux l’arabe de service.
Une fois n’est pas coutume, j’étais l’exception tout simplement parce que je  disposais de contact intéressants grâce à mes activités passées, et c’est cette raison pour laquelle Allianz decida de faire entorse à son recrutement de facto discriminatoire.
Mon inspecteur des ventes avait à mon endroit une certaine retenue. Il avait conscience que mes fiches contacts valaient de l’or, car composées de personnes m’ayant fait confiance récemment dans le cadre de gros programmes de défiscalisation, sachant que mes clients étaient entre autres des figures locales.
 Le fait est que ces périodes de formation ont été néfastes à ma vie de couple. En effet ma compagne avait vraiment besoin de moi à cette époque. Nous avions déjà une fille et ma présence, ne serait-ce que le soir l’aurait soulagé, car elle-même était en train de reprendre une activité professionnelle. Elle avait du mal à croire, que je n’avais pas le droit de rentrer le soir, alors que j’habitais à seulement 3 km de l’hôtel. Malgré mes fiches, mon réseau, et l’inutilité de cette formation, je devais au même titre que les autres subirent cet enfermement en doctrinal.
Aussi pour prendre mon mal en patience, je m’improvisais formateur le soir en apportant mon aide et mes conseils pratiques aux nouveaux commerciaux.
Ainsi, j’aidais les plus jeunes à prendre confiance en eux et à améliorer leurs pratiques commerciales.
En qualité d’observateur vivant la scène, j’ai pu me rendre compte de la stratégie d’Allianz. Elle  isolait les individus, en les forçant à l’engagement y compris auprès de leurs proches.
Je suis entré chez Allianz pour parfaire mes compétences en matière de finance, en somme pour parachever un parcours que j’avais initié seul, et qui au cours duquel j’avais rencontré des personnes humainement respectable, ce qui sans doute avait rendu la transmission de leur savoir recevable d’un point de vue moral, et à ce titre Allianz n’a aucune morale, ni même la moindre éthique.
Je suis avec Allianz tombé dans une sorte de secte, je n’accuse pas Allianz d’être une secte, mais elle en a clairement le fonctionnement. L’annulation de l’individu au profit d’un grand tout.
Ils commencent par vous couper du monde dans une grande maison commune « l’hôtel » et vous incitent à spolier vos proches pour la cause d’Allianz.
Une jeune femme un peu angoissé par sa réussite au sein du groupe suivait la formation avec nous. Elle demandait très souvent des conseils, était très soucieuses de bien faire. Etant jeune mère elle avait d’autres responsabilités d’ordre familial en même temps que cette session de formation.
Elle menait donc de front sa toute nouvelle maternité et cette formation que je qualifierais d’aliénante. Je suis désolé d’aller à l’encontre de ma pudeur naturelle, et d’être amené à parler de ça, mais, cette jeune mère toute absorbée qu’elle était dans sa formation, a perdu son enfant. Je ne peux me dépatir de ce sentiment de gêne quant au contexte de ce drame. Allianz a sa part de responsabilité dans la baisse de vigilance de cette pauvre jeune femme. Elle voulait faire de son mieux pour Allianz et elle a perdu ce qu’elle avait de plus chère.
Le droit du travail a certainement ses raisons que les objectifs d’Allianz ignorent.
Et alors qu’Allianz avaient tout mis en œuvre pour imprimer en nous une certaine cohésion, lorsque nous avons voulu entourer notre collègue, Allianz l’a changé de cycle de façon à ne pas disperser notre attention.
Une fois de plus leurs méthodes me donnaient la nausée. Dès lors, je n’eus plus qu’un seul objectif, les quitter !

Sur le terrain, c’était la jungle, toutes leurs activités étaient emprunts du sceau de la fraude Les anciens commerciaux n’ayant pas évolué et n’avez plus que leur âge en guise de respect. Falsification de chèques à leur propre ordre ou celui d’autre qu’Allianz, abus de confiance, abus de faiblesse, publicité mensongère… tout était bon pour gonfler leurs fins de mois. Les quelques cas ayant fait surface dans les médias ne sont que la partie visible de l’iceberg. En générale Allianz s’arrange toujours à moindre frais. Les agissements crapuleux des anciens commerciaux n’étaient que le reflet de ce qu’Allianz avait fait d’eux.
Oui, Allianz sait faire des économies à vos dépenses. Lorsque vous travaillez chez Allianz, alors Allianz contrôle également votre image. Ainsi Allianz vous forcera à louer un véhicule via une société de leasing qu’elle choisit pour vous. Un véhicule dont ils choisiront la marque ainsi que la couleur. Le salaire donc qui figure sur votre contrat de travail n’est pas réel car vous devez déduire le prix de la location de ce véhicule à usage professionnel que vous louez à vos frais. Et ce même si vous disposez déjà d’un véhicule. Là où d’autres groupes choisissent le véhicule de fonction, ou de société, Allianz se distingue une fois de plus par son non-respect du droit.
De surcroit,  le véhicule ne vous appartient pas. Vous êtes tenu de le rendre disponible à l’usage collégial lors des sessions de formation. Comprenez-vous ? C’est pour le bien de l’équipe. Mais quand les PV accompagnés des retraits de points arrivent, vous comprenez également qu’il n’y a plus personne.
Arrivé à la fin de ce cycle de formation je ne voulais qu’une chose, les quitter au plus vite .Il m’aurait offert la place de PDG que je n’en aurais pas voulu. Tant bien que mal je les ai quitté puisque trois ans après je continuai de recevoir des PV de leurs véhicules.